Généralités sur l’asthme

L’asthme est une maladie inflammatoire chronique des voies aériennes à l’origine d’une hyper-réactivité bronchique (1) associant :
– des symptômes respiratoires paroxystiques (dyspnée, sifflements, oppression thoracique, toux)
– ET une obstruction bronchique réversible spontanément ou après un traitement.

 

Cette maladie touche entre 1 et 18 % de la population en fonction des pays (2). En France, la prévalence de l’asthme chez l’adulte est de 5 à 7 % (3).

Les symptômes et l’obstruction des voies aériennes varient au cours du temps, ils peuvent être présents ou absents (parfois pendant plusieurs mois) et se manifester avec une intensité variable.

L’hyper-réactivité bronchique est favorisée lors de l’exposition à des facteurs déclenchants :
– pharmacologiques comme l’aspirine et les AINS (anti-inflammatoires non stéroidiens), la métacholine (activation des récepteurs muscariniques),
– allergènes (pollen, acariens…)
– irritants inhalés (particules de diesel et autres polluants, tabagisme actif ou passif, irritants professionnels)
– infections
– l’air froid et sec
– effort physique

Il existe donc différents types d’asthme : asthme allergique, au froid, à l’effort…

Les patients à terrain atopique (susceptibilité génétique à développer des allergies face à de nombreux allergènes) sont plus susceptibles d’être asthmatique.

 

Sur le plan fonctionnel, les explorations fonctionnelles respiratoires (EFR) montrent (1) :

  • Un trouble ventilatoire obstructif (TVO), défini par un rapport VEMS/CVF < 0,7 (ou < 70 %) avec VEMS : volume expiratoire maximale par seconde, et CVF : capacité vitale forcée.